Pascal Speter

Société et solidarités

Le mouvement des « Gilets Jaunes » a été l’occasion pour des milliers de Français de renouer des liens de fraternité autour des ronds-points.

Le Problème fondamental de notre époque, la solitude, l’isolement et le manque de reconnaissance sont à l’origine du mouvement qui a traversé le pays.

Notre société, devenue trop individualiste, ne donne pas leur place aux personnes les plus fragiles en raison de leur âge, de leur handicap, ou des difficultés de la vie.

La cellule familiale est aujourd’hui fragilisée, son fractionnement est souvent associé à une perte de revenu et à un déclassement social. L’école ne parvient plus à offrir à chaque enfant les mêmes chances de réussite.

Cœur vibrant de la société, les associations font vivre les territoires et tissent le lien social grâce à l’engagement de millions de bénévoles, mais souffrent du manque de moyens et de reconnaissance.

Propositions :

1/ Encourager le lancement de plans anti-solitudes au niveau local, pour lutter contre l’isolement et retisser le lien social

2/ Rendre les allocations sociales incitatives au regroupement et à la vie en commun

3/ Engager la réforme générale des retraites, en indexant les petites retraites sur la croissance ou l’inflation, en garantissant qu’elles ne soient pas inférieures au minimum vieillesse, et en ouvrant le chantier du grand-âge et de la dépendance

4/ Créer un dossier unique pour les personnes en situation de handicap

5/ Faire de l’école le fondement d’une société de confiance, par la promotion de l’effort, du respect et du sens collectif

6/ Promouvoir l’ouverture vers la culture, en allongeant ponctuellement la durée d’ouverture des bibliothèques et médiathèques

7/ Réformer le financement du monde associatif et créer un statut du bénévole associatif

8/ Soutenir le développement du Service National Universel

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article