Pascal Speter

Les « DÉCROCHEURS » ne sont pas des héros.

9 militants de gauche et extrême gauche comparaissaient mercredi 11 septembre devant le tribunal correctionnel de Paris pour “vol en réunion”, accusés d'avoir décroché des portraits d'Emmanuel Macron dans trois mairies de la capitale. « Un geste de désobéissance civile » selon eux « pour dénoncer l'hypocrisie du gouvernement quant à sa gestion de la crise climatique ».

 

Le tribunal de Paris a relaxé les 9 décrocheurs, la justice a validé le droit si nous ne sommes pas contents de rentrée dans une mairie de décroché des portraits du président élu au suffrage universel. La notion de nécessité a été reconnue par les juges. 

 

Aujourd’hui c’est toutes les valeurs de notre république qui est mis à mal, on commence par décrocher des portraits puis on insulte la police de « Barbare », quand cette escalade va s’arrêter ? La cause écologique mérite mieux que cette instrumentalisation par Jean Luc Mélenchon et sa troupe de farfadet.

 

La clémence des juges, créeront à terme une frange de plus en plus vindicative et jusqu’au-boutisme de ces derniers mois. 

 

C’est injuste sur le font de justifier les « décrochage » pour la cause écologiste, la France et le gouvernement n’est pas le dernier pays à tenter de pallier le désastre, certain me contredira et me diront « peu mieux faire » là je suis d’accord avec eux. Ces pas plus intelligents de se mettre autour de la table pour trouver des solutions, que de faire de tel action ? et de suivre une troupe de farfadet ou leur seule envie c’est de détruire la république pour installer leurs dictatures. 

 

Les juges trop indulgents ne servent pas la République.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article