Pascal Speter

Démocratie et citoyenneté

Au fil des années, la confiance dans nos institutions et dans les hommes qui  les incarnent s’est considérablement effritée. En témoignent l’abstention qui progresse scrutin après scrutin dans toutes les élections, les interrogations nombreuses sur le rôle des assemblées parlementaires, ou encore l’impression très souvent exprimée à l’occasion du Grand Débat national qu’un fossé se creuse entre le peuple et ses représentants, à l’exception peut-être des élus locaux.

Cette défiance trouve ses origines dans la perception d’une classe politique arc-boutée sur des privilèges indus. Les Français aspirent à une vie politique moralisée. Si certaines avancées ont été inscrites dans les lois « Confiance » portées par François Bayrou, le sentiment d’un déficit d’exemplarité persiste.

Les Français ne se désintéressent pas pour autant de la politique, bien au contraire. La forte participation au Grand Débat national a révélé un désir puissant de participation citoyenne à la délibération et à la décision à tous les niveaux de la vie publique.

Propositions :

1/ Renforcer la démocratie participative et délibérative en instaurant de nouvelles formes d’expression citoyenne, à l’instar du Grand Débat national

2/ Introduire une dose significative de proportionnelle pour que les assemblées soient plus représentatives de toutes les sensibilités

 

3/ Limiter le cumul des mandats dans le temps et créer un statut de l’élu qui facilite l’accès de chacun aux responsabilités

 Réduire le nombre de parlementaires, en garantissant une représentation de tous les territoires

5/ Renforcer le Parlement en lui donnant la maîtrise de son programme de travail, et en élargissant ses pouvoirs de contrôle de l’exécutif et d’évaluation des politiques publiques

6/ Reconnaître le vote blanc, à toutes les élections, comme suffrage exprimé, et ouvrir une réflexion sur le vote obligatoire

 

7/ Assouplir le référendum d'initiative partagé (RIP), qui nécessite aujourd'hui l’accord de 185 parlementaires et la signature de 4,5 millions de citoyens

8/ Assouplir le référendum d'initiative partagé (RIP), qui nécessite aujourd'hui l’accord de 185 parlementaires et la signature de 4,5 millions de citoyens

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article